Clichés

Les comédies sont décalées
Et les artistes déjantés
L’humour trempe dans le vitriol
Et ma p’tite sœur trempe dans l’formol

Les chanteuses savent rester elles-mêmes
La chanson française est nouvelle
Mon patron a su rester simple
À boire un p’tit coup sur le zinc

Les films et les répliques sont cultes
Les spectateurs bien sûr incultes
C’était tellement mieux autrefois
Quand tout ne tenait qu’à la fois

Les fanfares sont toutes balkaniques
Le ska est forcément festif
Les spectacles de divertissement
Nous mentent assez diversement

L’avis des ânes fait débat
Et Sarko a un cœur qui bat

J’ai cliché
Tu clichais
Nous clichions, partout
Laissez-moi conchier
Tous les vieux clichés
Laissons-les cons chier
Dans les sanisettes
Du langage

La cuisine est traditionnelle

La bière est fraîche, les jeunes rebelles
Les bonnes recettes sont à l’ancienne
Ma femme vous mitonnera les siennes

À dix-huit ans j’te r’passe le code
Les mauvais trips sont à la mode
De Cambrai ou de fous moi l’camp
Les jours où j’me sens éloquent

Quand ça va pas on fait aller
Sous les UV on s’fait hâler
Un petit dernier pour la route
Pour les alloc’s, pour la p’tite goutte

Un gars sympa c’est bien sympa
Un type spécial c’est trop spécial
Chacun ses égouts c’est parfait
Chacun fait c’qui lui plaît plaît plaît

La connerie est hyper tendance
Et l’horreur est une évidence

J’ai cliché
Tu clichais
Nous clichions, partout
Laissez-moi conchier
Tous les vieux clichés
Laissons-les cons chier
Dans les sanisettes
Du langage

Bien sûr que les veaux sont élevés
A vingt-trois mille lieues sous la mer

La fameuse mer qu’on voit danser
Le long des Volkswagen bleu clair

Les formats ont l’air compressés
Les cadres sont hyper stressés
Et même hyper pas au changement
Ils paieront pour c’qui les attend

La neige n’est pas au rendez-vous
Indigents prenez garde à vous
Les gardes mobiles sont en jambe
Les agents immobiliers flambent

Et si ça flambe les prix s’envolent,
Je suis épris faudra qu’on vole
En un juste voyage de noce,
À ronger comme un p’tit nonosse

À ronger comme le temps qui passe
Comme un impotent qui trépasse

J’ai cliché
Tu clichais
Nous clichions, partout
Laissez-moi conchier
Tous les vieux clichés
Laissons-les cons chier
Dans les sanisettes
Du langage